†oO° Anoyo No Isen °Oo†


 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Dans les rues d'une si jolie ville... [terminé]

Aller en bas 
AuteurMessage
Machiavel De La Meriyan
Vampire aux yeux ambrés
Vampire aux yeux ambrés
avatar

Nombre de messages : 90
Age : 27
Date d'inscription : 27/06/2006

MessageSujet: Dans les rues d'une si jolie ville... [terminé]   Ven 30 Juin - 7:17

Un jeune homme d'apparence très joviale marchait tranquillement dans une des nombreuses rues de Daitoshi, cela faisait un petit moment qu'il n'était pas venu dans cette ville... Bha pas grand chose, juste quelques années... C'était le sourire aux lèvres qu'il regardait les boutiques qui présentaient leurs marchandises... Depuis ça dernière visite, il y en avait pas mal de nouvelles, ça tombait bien, il avait besoin de se trouver de nouveau kunais... Les siens avaient rendu l'âme lors de son dernier combat contre un des ces Bloody Night... Il ne voulait vraiment pas lui foutre la paix eux... Ses yeux d'ambre se stoppèrent à cette pensée sur l'enseigne d'un magasin. Il lui plaisait bien, et les armes avaient l'air potable... Et comme de toutes façons, il ne payerait rien. Il rentra doucement, ses cheveux ondulant sur ses reins et tombant paresseusement sur son fessier. Son entrée fit relever la tête du vendeur, qui lui jeta un regard surpris, et pas désagréablement.

"Bonjour... Ramassez votre mâchoire, elle fait un peu désordre vous savez... "
lança le vampire avec un soupçon de moquerie.

Cette réplique sembla faire l'effet d'une claque au commercial qui ne savait vraiment pas cacher ses pensées, ni ses émotions, ça sentait les hormones à plein nez dans son esprit... C'était à cause de gens comme ça qu'il attrapait des migraines atroces ! L'humain retrouva un semblant de dignité et se redressa, même si ses pensées resté toujours très en dessous de la ceinture comme son regard quand le buveur de sang se retourna pour observer certains articles.


"Vous voulez que j'enlève mes cheveux ? Vous auriez une meilleure vue..." dit-il sans même se retourner vers celui que les hormones faisaient plus que travailler.

Il ne semblait pas le moins du monde gêné qu'on puisse le fixer comme cela avec des intentions légèrement douteuses, mais bon, en 184 ans et demi, il en avait vu d'autres, et ce depuis très longtemps. Il se saisit d'un kunai, il l'observa un moment, puis sans le laisser présager, le lança vers le vendeur. Celui-ci ne put sans doute pas le voir, il le sentit juste passer, il laissa une toute petite éraflure sur sa joue. Mais l'humain, Fernand de son nom, fixait son client avec des yeux éberlués, il ne l'avait pas vu bouger, il était toujours dos à lui... et il avait eu le temps de mettre ses cheveux sur son épaule pour laisser voir la totalité de son dos et plus bas ?

"C'est du matériel de qualité... Comme le vendeur... "
souffla-t-il d'une voix charmeuse.

Il se retourna, le kimono négligemment entrouvert, dévoilant son torse finement musclé. Non, ce n'était pas de l'exhibitionnisme, il savait juste se mettre en valeur suivant les attentes des gens... Donner de faux espoirs était un jeu terriblement amusant.


"Combien coûtent-ils ? "demanda-t-il de la même voix en s'approchant du comptoir du vendeur à pas feutrés.

"60... 60 deltas les ... Dix..."bafouilla-t-il plus absorbé par ses pulsions que les prix.

Le vampire continua de s'approcher de lui, bien que sa moue se soit faite contrariée... Il fixa le vendeur avec des yeux contrariés, mais aussi tentateurs.


"Si cher.... Je n'ai pas assez d'argent... C'est dommage..."
chuchota-t-il d'une voix plaintive et faussement gémissante.

Il sentit à ce moment là, le taux de pensées tordues augmenter d'un cran dans la tête de l'humain. Dieu qu'il en faut peu pour troubler certaines personnes... Il s'approcha encore de lui, se penchant au dessus du comptoir, attrapant son col pour l'attirer vers lui. Il lécha délicatement le sang qui coulait de l'éraflure sur sa joue.

"C'est fort dommage... Parce que je compte vraiment pas te payer en nature... Tu devrais essayer de te contrôler, c'était pas la peine de te mettre au garde à vous pour moi..."susurra-t-il d'une voix moqueuse.

Cette phrase laissa l'homme sur le cul, sa mâchoire refit désordre sur le comptoir... Mais le vampire ne s'en préoccupa pas, prenant la direction de la sortie.

Quand l'humain sortit de sa stupeur, le kunai n'était plus dans le mur, et les autres avaient eux aussi disparu... en voyant cela, il eut vraiment peur de cet homme si étrange...

Cet homme si étrange, lui avait repris sa route, en sifflotant, heureux de son "achat". Il marchait tranquillement, quand soudain il se stoppa. Il sentit un des siens, un de ceux qui souvent l'attaquait. Il le localisa plus précisément, ses kunais allait peut-être lui servir encore plus tôt que prévu... Machiavel sentait cette présence encore lointaine, mais ce n'était pas un problème, il irait à elle... Le seul problème, c'était que cette aura lui était familière, il songea d'abord à Asmodée, mais l'aura de celui-ci était encore plus puissante... Qui pouvait avoir une telle aura dans un tel endroit ? Il ne savait pas, et ça le dérangeait, il voulait savoir. Il se rapprocha donc, en marchant, toujours souplement, mais bien plus rapidement que précédemment... Quand il identifia la personne d'où venait cette aura, dans la rue, il eut un sacrée choc... Ces cheveux blancs, ce regard, ce tatouage.... Il n'y avait aucun doute possible... Asmodée devait être là, et c'était bien lui qu'il avait senti... Il s'avança toujours vers la personne s'attendant à voir Asmodée à coté de lui, mais personne... Il était à présent face à lui...


"Asklépios ? C'est toi ? Où est Asmodée, il est pas avec toi ? Il s'est enfin décidé à te laisser marcher tout seul comme un grand ?"demanda-t-il joyeusement avec un grand sourire enfantin.

Pourquoi n'avait-il pas lu dans les pensées de son congénère ? Pourquoi avait-il baissé sa garde devant lui ? Comment pouvait-il être aussi naïf....


Dernière édition par le Lun 3 Juil - 10:37, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Asklépios Narana
Vampire
Vampire
avatar

Nombre de messages : 206
Date d'inscription : 07/06/2006

MessageSujet: Re: Dans les rues d'une si jolie ville... [terminé]   Ven 30 Juin - 7:32

[A moua a moua!!! XD ]


Marre. Il en avait marre. Ras-le-bol. Et de quoi, je vous prie? Oh, de presque rien: cela faisait peut-être trois heures qu'il sillonnait la ville dans le but de trouver un lieu très précis, dans lequel il pourrait prendre un peu de bon temps: la bibliothèque.
Pour une fois qu'il avait décidé de faire une pause dans son boulot de chasseur de ses congénères, il fallait que le seul loisir auquel il aspirait soit introuvable!!


*Mais c'est pas possible; ils ont bien une bibliothèque, dans cette fichue ville?!*

Il évoluait rapidement et sans se faire remarquer à travers la marée humaine que formait la foule dans la rue; la prochaine fois, il prendrait un plan, et il noterait le nom de la rue!!
Combien de temps cela faisait-il qu'il ne s'était pas installé dans un endroit calme pour lire un bon bouquin tranquille? Dix, peut-être quinze ans... Quand on est trop zélé dans son travail, voilà ce qui arrive: on en oublie ses passe-temps favoris.
D'autant plus que le congé qu'il avait décidé de prendre était parfaitement justifié: en cent trente-trois ans, il devait avoir à son compteur un millier de buveurs de sang environ. Et encore, cela faisait belle lurrette qu'il avait arrêté de les compter, en tuant parfois plusieurs dizaines en même temps. Les Bloody Night devenaient particulièrement agressifs ces derniers temps, augmentant aussi leur degré de lâcheté par la même occasion; la preuve, ils l'attaquaient à plusieurs.
D'accord, Asklépios était un des vampires les plus puissants, mais fallait pas pousser quand même: c'était pas une raison pour lui tendre des embuscades à chaque coin de rue!!

L'albinos s'arrêta: il avait besoin de réfléchir. Il savait très bien qu'il ne resterait pas longtemps immobile, premièrement parce qu'à cause de son physique on finissait par le remarquer, et deuxièmement parce qu'il ne supportait pas la foule. Et particulièrement quand elle est essentiellement composée d'humains.
Heureusement qu'il n'était pas empathe, comme certains êtres de sa race; cela devait être affreux, tous ces sentiments en masse...Surtout que les humains étaient des réatures particulièrement propices aux montées d'adrénaline en tout genre, et le plus souvent pour un rien. C'est ce qui les rendaient si facilement reconnaissables; c'était aussi leur plus grande faiblesse: il est extrêmement facile de manipuler quand on connaît les sentiments de son futur pantin...

Il revint à la réalité quand il sentit la présence de l'un de ses semblables; instinctivement, il porta la main sur le côté, le long de sa cuisse droite, là où reposait bien gentiment son revolver dans l'étui prévu à cet effet, accroché par deux sangles autour de la partie supérieure de son membre inférieur droit. (XD) Seulement, il se ravisa; non, il avait décidé de se reposer aujourd'hui, il ne partirait pas à sa poursuite. D'autant plus qu'il le valait mieux pour Asklépios, parce que ce vampire -en l'occurrence, un homme, bien qu'il eû quelques doutes à ce sujet au début- était particulièrement puissant. Plus qu'Asklépios, même; ce qui était en soi assez rare, voire carrément exceptionnel.

Il songea d'abord à Machiavel, mais non, c'était impossible; ce serait vraiment cocasse que ce dernier se ramène tranquillement devant lui, sans aucune hostilité, avec un grand sourire. Parce que le buveur de sang détecté s'approchait de lui, et son aura était tout ce qu'il y avait de plus confiant. Un peu trop pour être inconnue, en somme.

Quand il vit Machiavel à ses côtés, un grand sourire aux lèvres et lui demandant s'il était bien Asklépios, ce dernier se demanda si ses organes oculaires ne lui jouaient pas des tours. De très mauvais goût, en plus. Comme la petite tirade sur Asmodée que le vampire aux cheveux d'ébène avait lancée pour ponctuer ses propos. Cependant, les sens d'un vampire ne se trompent que très rarement, et l'albinos avait une totale confiance en eux.

Aussi se jeta t-il sur Machiavel pour le plaquer violemment au sol, chose qu'il réussi à faire sans trop de difficulté étant donné qu'il se trouvait à moins de cinquante centimètres de son adversaire et que celui-ci avait baissé sa garde. D'ailleurs, ledit adversaire ne tarda pas à se retrouver avec le canon du flingue d'Asklépios sous le nez; ce dernier était sur lui, histoire qu'il ne s'échappe pas. Une lueur de fureur intense brillait dans ses prunelles habituellement si froides.

Ce Machiavel avait vraisemblablement beaucoup de culot de venir tranquillement le voir après ce qu'il avait fait, 133 ans plus tôt. Ou alors c'était pour se moquer de lui. Très mauvaise idée, comme il pouvait le constater.


"Comment oses-tu venir me voir après ce que tu as fait?! Tu te crois malin, peut-être? Sache que 133 ans, c'est long, mais ça suffit pas pour oublier un assassin; t'avais vraiment besoin de tuer Asmodée?!"


Sa voix était glaciale, tranchante. Effrayante. Il fusillait son pseudo-prisonnier du regard, et le sens propre allait de toute façon arriver dans pas longtemps...
Il ne se souciait nullement de la plèbe qui courrait dans tous les sens, affolée par ce spectacle violent sorti de nulle part. S'il leur avait porté un minimum d'attention, sans doute les aurait-il trouvés encore plus stupides que d'habitude. Les humains étaient désespérément prévisibles et pathétiques...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Machiavel De La Meriyan
Vampire aux yeux ambrés
Vampire aux yeux ambrés
avatar

Nombre de messages : 90
Age : 27
Date d'inscription : 27/06/2006

MessageSujet: Re: Dans les rues d'une si jolie ville... [terminé]   Ven 30 Juin - 7:56

[ça va vite quand on a déjà les réponses ]


Machiavel fut surpris, mais alors vraiment surpris. D'une part, il s'aperçut que c'était bien d'Asklépios que venait cette aura, d'autre part, celui-ci lui sauta sauvagement dessus, et contrairement à l'humain d'avant qui si il avait eu du cran aurait pu faire pareil, ce n'était pas pour lui faire d'agréables câlins… Il vint presque à regretter d'avoir fait confiance au jeune homme quoique plus très jeune… Oui, parce que la dernière fois qu'il l'avait vu avec Asmodée, c'était… Il y a 133 ans… Ben dit donc… Pour des retrouvailles entre amis, c'était pas très chaleureux comme accueil, mais il n'avait pas pris une seule ride… Toujours aussi beau. Le sol claquant contre son dos lui fit arrêter ses divagations… La situation n'était pas aux contemplations, aussi mignonne soit la personne au dessus de lui. Il n'avait pas l'habitude d'être dominé en amour, pas de chance…

Ses yeux d'ambre fixèrent le jeune vampire avec une surprise mesurée, son sourire se fit moqueur, il n'allait pas changer ses habitudes… Mais son regard était perçant, on sentait poindre en lui un quelque chose de mécontent. Que leurs retrouvailles se passent comme cela, ça le chiffonnait. Il aurait préféré qu'elles se passent autrement. Et surtout, il aurait voulu savoir où était ce foutu Asmodée ! Bientôt ses prunelles tombèrent sur le pistolet… Oh… oh… Là y'avait vraiment un problème ! Non, en fait deux problèmes, ce flingue, et ces abrutis d'humains qui lui envoyaient des pensées et des émotions à triple puissance !

Il se rappela qu'il avait encore un kunai dans la main. Il allait lui trouver une très bonne utilité. Une femme se mit à crier en l'irradiant de sentiment de peur, ce fut la goûte d'eau qui fit déborder le vase. L'arme de jet se trouva bientôt planté dans sa gorge, coupant ses cordes vocales et arrêtant instantanément ses ondes psychiques.


"On pourrait pas avoir un peu de SILENCE ici ?! "
dit-il froidement et fortement.

Le corps de la femme ponctua cette phrase d'un "boum" des plus convaincant. Dans la minute qui suivit, tous se turent, mais les pensées affluaient toujours. C'était vraiment infernal ces humains, aucune contenance.


"J'en ai encore neuf à balancer, alors si vous ne voulez pas être le prochain je vous conseillerai de partir et vite !"Ajouta-t-il du même ton.

Il n'avait bougé pendant ce temps que sa main. Mais ce fut assez pour faire fuir la plupart, mais les plus agaçant restèrent paralysés par la peur. Il poussa un soupir, c'était pas encore ça, mais ça serait supportable. Il reporta son attention sur son très cher confrère.


"Pardon pour cette intermède, mais leurs émotions sont très agaçantes quand ils ont peur… "
déclara-t-il avec son sourire.

Il parcourut du regard le révolver pas très loin de son front. La dernière fois qu'il en avait vu un comme ça, c'était pas plus tard que la veille, il ne l'avait pas vu d'aussi près, mais c'était presque le même. Et bien sur, qui est-ce qui avait le même ? Un de ces incompétents du Sakurai. Là, le problème devenait de plus en plus majeur.

"Joli joujou… On disait ? ah oui… Assassin ? Bha oui, comme tout vampire, toi aussi tu sais ! surtout qu'à ce que je vois tu as intégrer le Sakurai… Asmodée t'as laissé faire ça ? Et ben dis donc, il s'est sacrement démocratisé lui ! Mais au fait, je t'ai fait quoi personnellement ? Parce que bon à la rigueur je t'ai bien reluqué, mais à par ça, je vois pas. Asmodée, je comprendrai qu'il m'en veuille, j'lui ai mis un dérouillé, mais toi ? Qu'est-ce que je t'ai fait ?"énonça-t-il d'une voix calme et presque douce, mais on pouvait sentir une pointe de méfiance et de froideur.

Franchement, là, il avait du mal à le suivre. Il lui en voulait d'avoir assommé Asmodée il y'a 133 ans ? Lui avoir piqué du chocolat peut-être ? De l'avoir dragué ? Dans toutes ces possibilités, aucune ne lui parut juste, elles ne méritaient pas un tel déploiement de colère. Surtout venant de lui, même humain, il n'avait jamais était très expressif, mais là, lui aussi lui donnait mal à la tête…

"S'il te plait, tu pourrais penser moins fort… ta colère me fout un de ces mal de crâne… Y'a assez des humains, t'y mets pas… "murmura-t-il en fermant les yeux.

Fermer les yeux alors qu'un flingue vous menace, il faut le faire non ? Enfin après tout, quand la mort ne vous fait plus peur… C'est ça être libre, ne plus rien craindre sauf peut-être d'être privé de cette liberté… Le fait était que flingue, pas flingue, menace, pas menace, le sol était pas d'un grand confort… Franchement c'est mal de donner mal à la tête et au dos pour des retrouvailles !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Asklépios Narana
Vampire
Vampire
avatar

Nombre de messages : 206
Date d'inscription : 07/06/2006

MessageSujet: Re: Dans les rues d'une si jolie ville... [terminé]   Ven 30 Juin - 7:57

[C'est sûr!! ]

Asklépios fut complètement décontenancé. Pas par ce que Machiavel venait de faire, à savoir, s'occuper de faire cesser les cris exaspérants des plébéiens paniqués; un kunaï judicieusement et précisément planté dans la gorge d'une femme à la voix particulièrement stridente, quelques tirades autoritaires lancées, et hop le tour était joué. En quelques secondes, presque plus d'humains dans les parages; efficace, cette technique. Quoiqu'elle n'était pas vraiment dans ses habitudes...même s'il aurait très bien pu le faire aussi.

Il n'était pas un maître de la télékinésie pour rien; elle était extrêmement pratique, quand on avait les mains prises. Comme en ce moment même, par exemple. Et puis, lui aussi possédait des kunaïs; et aussi des shurikens, des poignards, des dagues...des banalités, quoi. Seulement, à le voir ainsi, on ne pouvait s'en douter, surtout que leurs cachettes étaient très diversifiées...

Tout ça pour dire qu'il devait bien reconnaître que l'intervention de Machiavel pour calmer la plèbe avait été d'une grande efficacité, et cela l'avait même soulagé. Des cris humains trop près des oreilles vampiriques ont tendance à abîmer celles-ci; c'est que c'est fragile, une oreille vampirique...

Asklépios sentit sa colère chuter d'un coup quand son prisonnier lui demanda ce qu'il lui avait fait; et puis, aux propos qu'il lui tint, l'albinos cru comprendre qua Machiavel pensait Asmodée toujours vivant. Alors qu'il était justement mort très peu de temps après son départ.
Sa colère revint d'un seul coup, doublant presque d'intensité avec la première; le vampire aux cheveux d'ébène se fichait de lui. Ce n'était pas possible, il était suicidaire ou quoi? Quoique, ça l'arrangerait; il aurait plus de facilité à le tuer comme ça. Remarque, vu la situation dans laquelle ils se trouvaient, il aurait été difficile pour Asklépios d'être à son désavantage: une petite poussée sur la gâchette, une jolie petite déflagration de cinq mètres, et adieu Machiavel!! Pour sentir sa colère, il la sentirait, aucun risque là-dessus!!


"A moi tu m'as rien fait; c'est à Asmodée que tu as fait quelque chose. Tu l'as tué, tu t'en souviens pas?" fit-il avec une pointe de cynisme dans la voix.

Cela parraissait si simple. Or mis le fait que l'autre en-dessous avait l'air particulièrement et malheureusement sincère quand il parlait d'Asmodée...vivant.
La colère de l'albinos se calma, et un affreux doute s'insinua dans son esprit: et si le vampire à la chevelure d'ébène ignorait véritablement la mort d'Asmodée? Mais alors, cela voulait dire que...

Non, non, il refusait d'y croire!! Machiavel s'était insinué dans son esprit et tentait sans doute de lui faire croire une chose tellement absurde et qui lui ferait mal à coup sûr. Très mal, même, si on y réfléchissait bien.
Alors Asklépios ferma son esprit. Il avait oublié que son prisonnier était particulièrement doué en matière de télépathie et d'empathie. IL ne commettrait pas deux fois la même erreur.

Le canon de son revolver s'enfonça dans la peau de la gorge du vampire en-dessous de lui; il lui ferait avouer son crime avant de le tuer. C'était la moindre des choses, après tout.
Qu'est-ce que les humains pouvaient l'énerver, en ce moment même...Surtout ceux complètement tétanisés par la peur; ils avaient vraiment des têtes à claques. Il s'en occuperait de quelques-uns plus tard.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Machiavel De La Meriyan
Vampire aux yeux ambrés
Vampire aux yeux ambrés
avatar

Nombre de messages : 90
Age : 27
Date d'inscription : 27/06/2006

MessageSujet: Re: Dans les rues d'une si jolie ville... [terminé]   Ven 30 Juin - 8:02

Une fois le silence un peu fait, il se sentit un peu mieux, mais ça ne marcha pas sur Asklépios qui ne décida pas miraculeusement de le laisser partir sans le menacer de son artillerie (XD) ! enfin un instant Machiavel crut que sa requête avait été entendu… Sa colère avait chuté ! C'était magnifique !! Ah nan ? Non ! Non on ne se remet pas en colère ! Ah ? Ah ben si… Bon déjà il fut rassuré d'une chose, Asklépios n'était pas frigide ! ce n'était pas à cause de sa drague qu'il était dans cet état ! C'était déjà une bonne chose à savoir non ? Non, en fait c'était totalement inutile dans la contexte.

Le plus âgé rouvrit ses yeux, calmement et posément. Pourtant, il venait d'apprendre quelque chose de frappant. Ce Asmodée, était mort ? Bha lui ça le dérangeait pas trop ! C'était presque même bien, il n'aurait plus à se fritter avec lui à propos de sa liberté. Et puis ce vieux, il l'avait jamais aimé. Mais par contre ce qui le gênait, c'était qu'on lui fasse porter le chapeau à lui ! Fallait pas exagérer quand même ! D'accord, il l'avait fait tomber dans les vappes, mais c'était tout ce qu'il avait fait ! Rien de plus ! Et on lui sortait qu'il l'avait tué ? Il ne put se retenir de rire… Il rit mais avec une force ! Il était mort de rire, c'était une bonne blague leur truc… Il s'arrêta, stoppe la rigolade, il fallait parler sérieusement là.

Ses yeux se firent plus froid, tout comme son sourire, cette fois, il était vraiment sérieux. Il l'avait tué... Elle était vraiment bonne celle là ! Si bonne qu'il sentit les pensée d'Asklépios en douter, puis se fermer, il n'alla pas les chercher, ils les avaient sur parce que son doute avait fait un pic, mais jamais il n'irait fouiller son esprit.


"Allons bon, allons bon… Ne t'inquiète pas, je ne fouille pas dans ta tête, d'ailleurs ça m'arrange ton effet huître, ça atténue ta colère et encore t'as de la marge chéri. "commença-t-il doucement.

Il soupira un moment, cette histoire n'était pas si drôle qu'elle y paraissait. Surtout que le pistolet s'était enfoncé dans son cou, un mot de travers et BAM, plus de Machiavel… C'est peut-être une destinée pour ce nom, il veut mourir comme celui qui l'avait porté au départ…

"Bon okay, je sais… J'ai tué Asmodée, Asklépios, fit-il d'une voix exagérément dramatique. Non mais tu réfléchis des fois Non mais tu réfléchis des fois ? Tu es un vampire, mais des fois, tu as un raisonnement aussi faible que celui d'un humain potentiellement idiot. Réfléchis un instant, pourquoi j'aurais tué Asmodée ? Je le trouvais très désagréable, mais j'aurai pas pu le tuer ! Je lui aies porté qu'un coup et à main nu ! Tu veux me faire croire qu'il en est mort ?et bien qu'attends tu tires, j'ai fait des aveux ! Allez venge toi, du terrible Machiavel qui t'as volé ton amour !"déclara-t-il froidement.

Il espérait sincèrement qu'il ne l'écouterait pas, c'était bête comme raisonnement, mais il avait plus de chance en la jouant comme ça qu'en niant en criant son innocence. Fallait espérer qu'il réfléchirait avec sa tête et non avec le doigt sur la gâchette...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Asklépios Narana
Vampire
Vampire
avatar

Nombre de messages : 206
Date d'inscription : 07/06/2006

MessageSujet: Re: Dans les rues d'une si jolie ville... [terminé]   Ven 30 Juin - 8:05

Non. Impossible. C'était impossible. Tout se liguait contre lui: bien qu'il ait fermé hermétiquement son esprit, l'expression de Machiavel ne changeait pas. Alors il disait vrai? Il n'avait pas tué Asmodée?

IL baissa la tête et le regarda attentivement, essayant de déceler un quelconque signe qui aurait pu trahir son mensonge. Il ne trouva rien. Ou presque rien: de la moquerie, de la froideur, et...mais pourquoi cet idiot se mettait à rire subitement?! Il voyait pas le canon à demi enfoncé dans sa gorge? Ou alors était-il tout simplement fou. Oui, c'était ça: il était complètement dément.

Néanmoins, son rire se calma au bout d'un moment, et, sous les yeux furiboends d'Asklépios, il se décida à reprendre une certaine contenance; visiblement, il avait l'intention d'être sérieux. Ou alors était-il un acteur des plus remarquables. Ce qui était tout à fait envisageable.
Par contre, le dernier mot de sa première tirade ne plus pas vraiment à l'albinos: chéri. Asklépios, du calme, n'appuie pas sur la gâchette.

Il fut de plus en plus désorienté au ton beaucoup trop dramatique du vampire aux cheveux d'ébène quand celui-ci déclara qu'il avait bien tué Asmodée. Evidemment, c'était de la comédie, aucun doute là-dessus. Par contre, ce qui suivit n'en était aucunement. Et Asklépios le regrettait; il aurait tellement voulu que cela ne soit pas vrai... Pour ne pas faire face à cette horrible vérité.
Mais à quoi pensait-il?! Il fallait qu'il se reprenne; c'étaient les gens faibles qui fuyaient la réalité!! Il ne voulait en aucun cas ressembler à sa première famille, celle des humains; il valait beaucoup mieux que ça, il le savait. Cependant, il savait qu'elle serait dure à assimiler, cette cruelle vérité...

Il se mit à fixer Machiavel droit dans les yeux; il n'y avait jamais fait attention auparavant, mais leur couleur était très belle: ambre. Son flingue menaçait toujours sa gorge: il n'avait pas bougé d'un poil.


"Arrête ton cynisme, ça m'énerve; si tu dis vrai, cela voudrait dire que ce n'est pas toi l'auteur de la jolie petite explosion qui a réduit Asmodée en cendres?"

Il lui disait d'arrêter son cynisme, mais il pouvait bien parler, puisqu'il en faisait aussi...

"Et c'est vrai qu'à bien y réfléchir, il paraît totalement absurde de te voir comme l'auteur d'un feu d'artifice aussi bien mesuré...puisque ce dernier n'a même pas endommagé les maisons voisines."

Il soupira.


"Ce qui veut dire..."

Brusquement, il enleva son flingue de la gorge de Machiavel et tira sur le côté, sans quitter les yeux de son interlocuteur; un cri se fit entendre, et les humains encore présents pétrifiés par la peur retrouvèrent comme par enchantement l'usage de leur corps; ils s'enfuirent en poussant de petits cris autenthiquement ridicules, ne laissant qu'un petit tas de cendre en plein milieu de la rue.

"...qu'on ne m'attaque pas quand je parle!"
acheva t-il d'un ton irrité.

Il ferma les yeux las. Son bras droit retomba lentement sur le côté, totalement inoffensif. Machiavel pouvait l'attaquer, il s'en fichait.
Il avait passé 133 ans de sa vie à rechercher un assassin qui s'avérait être complètement innocent au final. Et en plus, il avait pensé que c'était à cause de lui qu'Asmodée était mort. C'est sûr, le scénario de celui qui tue pour obtenir la personne convoitée était si simple...
Une onde de tristesse infinie passa dans ses yeux de neige. IL ne protégeait plus du tout ses pensées.

Brusquement, il fut pris de nausée, et dû se relever pour aller vomir du sang dans la ruelle voisine. La réalité venait de lui apparaître dans toute sa cruauté. Et ça faisait mal. Horriblement mal.
L'effort qu'il fit pour retenir une deuxième nausée le fit tomber à genoux, tremblant.
Puis soudain, tout s'illumina; il n'y avait qu'un seul auteur assez fou pour faire exploser une maison en ville afin d'éliminer un vampire: le Sakuraï. Sa propre organisation. Il était entré dans l'organisation qui avait tué Asmodée. C'en était trop.

De rage, il lança violemment son revolver dans la ruelle; il rebondit plusieurs fois dans un bruit métallique avant de s'immobiliser près du mur du fond. Il n'en pouvait plus. Il était brisé, complètement perdu; à quoi bon vivre, quand on a jamais eu de rêve et que votre seul but vient de voler en éclats?
Remarque, il était libre, maintenant, totalement libre...trop libre. Après tout, pourquoi se plaindrait-il? C'était ce qu'il avait toujours voulu, non? Faire ce qu'il veut...Oui mais voilà: que voulait-il faire, justement?

Il se recroquevilla contre le mur, ayant complètement oublié la présence de Machiavel. Il se sentait seul, mais il ne l'était pas. Du moins, matériellement. Parce que psychologiquement...


Dernière édition par le Ven 30 Juin - 8:19, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Machiavel De La Meriyan
Vampire aux yeux ambrés
Vampire aux yeux ambrés
avatar

Nombre de messages : 90
Age : 27
Date d'inscription : 27/06/2006

MessageSujet: Re: Dans les rues d'une si jolie ville... [terminé]   Ven 30 Juin - 8:08

Oh…Oh…Oh… Avoir un pistolet enfoncé dans le cou ça fait mal quand même… Avoir un pistolet dans le cou, avec un beau garçon pour vous menacer, ça blesse dans l'amour propre… Avoir un pistolet dans le cou, avec un beau garçon qui vous menace et qui vous suspecte dans toues vos réactions, c'est carrément chiant ! Et puis rire avec un pistolet enfoncé dans la gorge, c'est vraiment pas pratique… et en plus même avec effet "je–me-replie-sur-moi-pour-pas-que-tu-lises-dans-mon-esprit", il réussissait à le bombarder d'onde de colère.

Fort heureusement, il semblait avoir un minimum d'intelligence quand même ce gentil garçon qui faisait joujou avec objet d'adulte. Il sentit le doute monter en lui, le doute, le terrible doute, peut-être est-il pire que la peur. Il sentait qu'Asklépios perdait pied, il se noyait, il essayait de se raccrocher à une branche qui se dématérialisait sous ses doigts. Oh que cette souffrance est dure… Machiavel l'avait déjà connu… Souvent. A sa question désespérée, le brun répondit doucement.


"Désolé, j'ai toujours été mauvais pour les effets pyrotechniques."


Cela voulait dire ce que ça voulait dire. Aussi dur puisse être cette réalité. Le plus vieux songea qu'ils s'étaient vraiment bien débrouillés tout de même pour une fois ces incapables du Sakurai, faire porter le chapeau à un puissant vampire pour que le disciple du défunt intègre leur association. Ou alors les bloody Night leur avait suggéré ça en se débarrassant d'un vieux vampire gênant… Peut-être aussi. Ce qui interrompit l'homme aux yeux ambré, ce fut que la pression du flingue de retire de son cou. Ah ! C'était quand même mieux.

Il fut surpris de voir que ce très cher Asklépios copiait ses techniques de dissuasion sur humains… Mais il faisait mieux que lui, il ne laissait même pas de traces ! Vraiment, il était épaté là ! Surtout que cela débarrassa l'empathe des dernières effluves de sentiments, c'était vraiment un coup de maître. Mais l'albinos lui n'était sans doute plus maître de lui-même. Il sentait sa lassitude, ce vide… Il perdait tout, en une minute. Coup dur, très dur, mais passé cela, on se sent beaucoup mieux… Le plus ancien mordu ne bougea pas, pourquoi frapper un homme à terre ? A vrai dire même plus bas que terre. Après le vide, vint la tristesse. A choisir, il préférait encore la peur des humains, c'était moins difficile à supporter, ça faisait moins de mal que ça. Surtout qu'il entendait la moindre de ses pensées à présent, l'autre ne fermait plus rien. Il aurait pu lire en lui comme dans un livre. Ils ut tout de ses suppositions, tout le scénario qu'il avait trouvé pour justifier sa culpabilité. Il en sourit, c'était vraiment le sous estimer que de lui avoir fait porter le rôle d'un méchant comme ça…

Un soupir passa ses lèvres… Il regarda Asklépios dans la ruelle. Il réagissait vraiment très vivement… Asmodée avait dû être très important pour lui, trop pour ne pas devenir un poids. Il aurait bien fallu que ça arrive un jour, qu'il doive faire le deuil… La façon dont cela se passait n'était pas la meilleure, mais c'était un moyen… Radical. Un second soupire passa ses lèvres alors qu'il commençait à se relever. Il fronça un peu les sourcils en entendant le pistolet claquer par terre : colère + tristesse+ vide = gros mal de tête. Il se releva totalement.

Le brun épousseta ses vêtements, il regarda ses cheveux, en plus il aurait du mal à les démêler ce soir… Troisième soupir. Il se dirigea vers Asklépios après cette triste découverte. Deuxième découverte lamentable : l'état du garçon. Il se revit à quatorze ans. Il s'assit à côté de lui, sa main passa doucement dans son cou pour attirer sa tête sur son épaule.

"C'est cher payé pour un peu trop d'égocentrisme…"chuchota-t-il doucement en caressant ses cheveux.

Il le berça doucement, le gardant tout contre lui. A ce moment là, à aucun moment il ne songea à ses intérêts, il songea juste à la douleur qu'il éprouvait, et il ne pouvait la laisser s'éterniser.


"C'est dur de tout perdre… Tu aurais dû tirer dès le début, je crois… Mais au moins tu sais… Reste à savoir ce que tu veux maintenant, soit tu prends ton flingues et tu te dézingue, soit tu te venge de ceux qui ont réellement fait ça, soit tu te relèves et tu marches juste. Saches que je ne t'empêcherai de faire aucune des options… "
murmura-t-il posément.

Sa main parcourait toujours les cheveux incolores avec douceur… Il respecterait ses choix, quels qu'ils soient. Il l'espérait juste assez fort pour ne pas commettre d'erreurs de jugement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Asklépios Narana
Vampire
Vampire
avatar

Nombre de messages : 206
Date d'inscription : 07/06/2006

MessageSujet: Re: Dans les rues d'une si jolie ville... [terminé]   Ven 30 Juin - 8:14

Asklépios se laissa faire; il n'avait ni la force ni l'envie véritable de le repousser. Et puis, qu'est-ce que ça allait changer, qu'il le laisse faire ou non? Ca n'allait pas changer le passé en tout cas, c'était sûr...
Les caresses de Machiavel le bercèrent; après tout, il n'y avait aucun mal à apprécier ce qui est doux, non? Et puis, cela faisait plus d'un siècle qu'on ne s'était pas comporté ainsi avec lui: à vrai dire, la seule personne ayant fait ce genre de geste avec lui avait été assassinée.

Asmodée n'y était pour rien, mais lalbinos avait eu l'impression d'être abandonné. Comme en ce moment précis. Toute sa vie, personne ne s'était jamais véritablement attaché à lui. Remarque, qui voudrait passer sa vie avec un glaçon? Ce n'est franchement pas marrant, et ça Asklépios le comprenait.
D'une certaine manière, il enviait presque Machiavel ne montrer ses sentiments ainsi; même si la plupart étaient faux, au moins donnait-il l'impression de quelqu'un qui n'a pas beaucoup de mal à communiquer avec les autres. Il souriait, se moquait, éclatait même de rire dans une situation critique!! Asklépios n'avait jamais rencontré quelqu'un comme ça auparavant.

Il écouta posément les paroles du vampire aux cheveux d'ébène; trois choix s'offraient à lui maintenant.
Restait à savoir lequel serait le mieux pour lui.

Déjà, il pouvait éliminer le premier; c'était pour les lâches, ça. La facilité, très peu pour lui, merci. Le deuxième était déjà plus intéressant, mais il ne le prendrait pas pour la simple et bonne raison que la vengeance, il en avait un peu jusque là; il n'avait qu'à regarder jusqu'où ça l'avait mené, cette saloperie de sentiment...
Restait donc le troisième. Dur, mais juste.


*Et puis après tout...si on tombe, c'est pour mieux se relever, non?*
songea t-il.

Il avait l'impression d'être redevu le petit garçon d'autrefois; il parraissait si simple, si fragile...mais il ne fallait surtout pas se fier aux apparences. Il en était la preuve, avec Machiavel; qui aurait pu se douter en regardant ce dernier qu'il était sans doute l'un des êtres les plus dangereux en ce monde?

Comme par hasard, ce fut justement ce moment-là que choisirent les compagnons du vampire qu'Asklépios avait carbonisé pour se découvrir et les encercler.
L'albinos, la tête toujours posée sur l'épaule de son semblable aux cheveux d'ébène, ne bougea pas d'un centimètre. Il n'en fit même pas mine.
Remarque, il aurait dû s'y attendre, à cette attaque; l'autre petit tas de cendre était vraiment d'un niveau trop ridicule pour avoir eu l'audace de les attaquer seul. A moins qu'il ait été suicidaire. Dans ce cas, il avait gagné le jackpot...

Les vampires s'approchèrent prudemment; même si Asklépios n'avait plus son flingue, il restait tout de même dangereux. Et l'autre à côté de lui n'était pas mieux...
Cependant, ils ne comprirent pas tout de suite ce qui leur arrivait quand des shurikens, kunaïs, et autres lames sorties de nulle part vinrent leur déchirer quelques membres. Certains crièrent, d'autres prirent la fuite. Ceux qui restaient étaient têtus, puisqu'ils se ruèrent vers eux.
Asklépios tendit le bras gauche, sans enlever sa tête sur l'oreiller qui le caressait; au bout de la rue, son revolver s'éleva dans les airs et vint gentiment, rapidement se mettre dans sa main. Toujours sans bouger, L'albinos tira. Deux secondes plus tard, il ne restait de leurs attaquants que de petits tas de cendres fumantes...
Pas de chance pour eux: Asklépios était ambidextre.

Il releva la tête et la tourna vers Machiavel; ce dernier eu alors sous les yeux le premier vrai sourire de son cadet.

"Je crois que je vais opter pour la troisième solution." déclara t-il toujours en souriant.

Se relever et marcher juste. Il aimait bien cette expression. Alors c'est ce qu'il fit: il se releva, fit un pas et...retomba par terre. A cause de son vomissement de tout à l'heure, il avait perdu pas mal de sang et...de forces. Et en plus il fallait qu'il se mette à trembler, maintenant!! Pourquoi pas des vertiges tant qu'il y était?!

Il soupira longuement. Pour ce qui était de marcher juste, il repasserait...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Machiavel De La Meriyan
Vampire aux yeux ambrés
Vampire aux yeux ambrés
avatar

Nombre de messages : 90
Age : 27
Date d'inscription : 27/06/2006

MessageSujet: Re: Dans les rues d'une si jolie ville... [terminé]   Ven 30 Juin - 8:16

Machiavel continuait de caresser ses cheveux, cela faisait longtemps qu'il n'avait pas été aussi sincère en faisant un geste de ce genre. Depuis la mort de son maître en fait… 166 ans déjà… 166 ans qu'il n'avait pas caresser tendrement quelqu'un pour le consoler, tellement de temps. Il avait oublié combien il pouvait être humain parfois, il avait presque oublié le mot "compassion"… Cet Asklépios était vraiment extraordinaire pour lui faire ressentir cela… Il fallait dire aussi que ses émotions étant très puissante, elles influençaient peut-être l'esprit de celui qui les réceptionnait en l'occurrence Machiavel. Peut-être pour ça qu'il était triste avec le plus jeune vampire…

Le brun continuait ses gestes de réconfort, il avait décidé de rester avec lui, au moins jusqu'à ce qu'il soit remis. Venant de lui c'était étrange, mais il fallait croire que 133 ans, ce n'était pas assez pour refouler des sentiments naissants… Ils avaient l'air d'être revenu au galop. Ses doigts jouèrent un instant avec une des mèches d'albâtre. Il se sentait si humain tout d'un coup… cela lui faisait presque peur, qu'était-il en train de faire ? Lui qui prônait toujours sa liberté, son libre arbitre, comment pouvait-il rester là à réconforter quelqu'un qui ne devait rien représenter pour lui ? Personne ne devait représenter quelque chose pour lui… Il ne fit rien pour se ressaisir. Il le ferait plus tard, quand il serait remis… Oui, après…

Il ressentit toute la démarche jugement de son confrère, il éprouva du soulagement en entendant la réflexion qui l'empêchait de prendre le premier choix, cela enleva une épine à l'esprit de Machiavel. Savoir qu'il ne prendrait pas la troisième le fit sourire, au moins il savait tirer une morale de ce qui lui était arrivé. Alors finalement, il prendrait la même voie que lui ? Celle de marcher là où lui montrait ses pieds ? C'était une bonne nouvelle cela. Sa main continuait d'effleurer sa chevelure avec délicatesse, et sentir la présence d'autres vampires ne lui fit en rien changer ce geste. De toutes façons, ils étaient tous si faibles que ça ne valait pas la peine de bouger.

Machiavel ferma les yeux, il laissait le plaisir à Asklépios de se débarrasser de ce menu frottin… Les cris qu'il entendit le firent sourire, les émotions un peu moins… Mais il n'y en aurait bientôt plus alors, il prit son mal en patience. Les coups de feux mirent un point finalement aux gémissements mentaux de ces insignifiantes personnes.

Bientôt les cheveux quittèrent sa main, les mèches glissèrent le long de ses doigts pour les abandonner. Les yeux d'ambre se rouvrirent, il voulait le voir marcher, ou plutôt voler librement. Il lui rendit son sourire, pour le plus vieux, ce n'était pas le premier sourire sincère qu'il faisait, mais c'était tout de même un privilège d'en recevoir un. Il acquiesça à ses paroles.


"C'est un bon choix… "répondit-il simplement.

Il fut surpris de le voir se lever presque normalement, mais sa surprise retomba en le voyant tomber. Il avait fait le pas le plus dur, maintenant il fallait juste qu'il se repose et qu'il se nourrisse. Le brun se leva, l'albinos était dans un sale état, sans doute au même niveau que lui quand il avait réussi à s'enfuir de la maison close. Il s'accroupit à côté de lui, comme l'avait fait son maître, exactement pareil. Il passa une main dans le dos du garçon, et l'attira contre lui.

"Tu as besoin de sang… J'aurais pas du faire fuir tout les humains…"murmura-t-il avec un sourire moqueur.

Il porta son poignet à ses lèvres, et s'ouvrit les veines de ses crocs acérés. Son sang ne tarda pas à couler le long de son ras, il l'avança vers les lèvres du plus jeune. Son visage était doux, presque bienveillant.

"Bois, tu en as besoin… J'aurais moins de mal que toi à me nourrir vite… "chuchota-il en caressant de sa main libre les cheveux du bel oiseau à la blancheur immaculé.

Un autre incompétent qui avait échappé à Asklépios ou qui s'était lâchement enfui, revint pour tenter sa "chance", songeant que dans un tel moment, il pourrait sans mal tuer les deux cibles et avoir l'honneur. Que la cupidité rend stupide… Il ne lâcha qu'un court instant le blessé, son poignard eut le temps d'aller se planter dans la gorge de cet imbécile. Il fallait espérer que ça lui suffise. Il ne voulait pas laisser lâcher Asklépios… Bha s'ils persistaient à vouloir les déranger, il pourrait toujours se battre avec l'albinos dans les bras…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Asklépios Narana
Vampire
Vampire
avatar

Nombre de messages : 206
Date d'inscription : 07/06/2006

MessageSujet: Re: Dans les rues d'une si jolie ville... [terminé]   Ven 30 Juin - 8:19

L'albinos fronça les sourcils; pas question qu'il reste une minute de plus assis par terre. Il tenta une nouvelle fois de se relever, mais comble de malchance, ses membres refusèrent totalement de bouger. Il avait perdu trop de sang.

*J'aurais pas dû faire fuir le reste des humains...*

Quelle ne fut pas sa surprise en voyant Machiavel se lever, se diriger vers lui en lui rendant son sourire, lui dire qu'il n'aurait pas dû accélérer l'absence des humains dans les parages, porter son poignet à ses lèvres, y pratiquer une entaille à l'aide de ses magnifiques canines vampiriques et l'approcher de ses lèvres, l'invitant à boire.

Ce sang faisait très envie à Asklépios, mais il se maîtrisa; pourquoi l'aidait-il? Après tout, celui qu'il voulait aider l'avait juste menacé de mort quelques instants plus tôt, et en plus il avait faillit accomplir ses intentions meurtrières...En l'occurrence, c'était pas grand-chose...

L'albinos hésita; il savait pertinemment que s'il commençait à boire, il aurait énormément de mal à s'arrêter. Autrefois, il avait vu des vampires se faire vider de leur sang à cause de cette technique.
Bien qu'il n'ait pas vraiment confiance en Machiavel, Asklépios ne voulait cependant pas lui faire prendre de risque qui pourrait s'avérer mortel par la suite. Il le regarda, légèrement anxieux.
Puis il finit par se décider et posa ses lèvres sur le poignet ensanglanté.


*J'espère qu'il est conscient de ce qu'il fait...*

Son aîné l'avait attiré contre lui, sans doute pour avoir une meilleure prise, mais cela n'empêchait pas l'albinos de se sentir gêné; jamais il n'avait eu de contact aussi proche avec quelqu'un. A part Asmodée bien sûr. Mais Asmodée était à part.
Ce sang était véritablement divin; il comprenait maintenant pourquoi certains de ses congénères n'avaient pas pu s'arrêter avant de causer la mort de leur donneur... Mais il ne serait pas comme eux, il ferait attention; il ne succomberait pas à cette intense effluve de plaisir qui avait envahi son être et prendrait seulement le strict minimum. Avec les autres lâches qui traînaient dans les parages, mieux valait affaiblir le moins possible Machiavel.

Asklépios s'arracha soudain au poignet de son donneur aux cheveux d'ébène; cela suffirait. Il porta son attention sur son aîné, prêt à le soutenir si besoin s'en fallait.
L'albinos avait à présent les lèvres teintées du plus beau des carmins, et un mince filet de fluide vital coulait paisiblement à l'une de ses commissures. Il l'essuya d'un revers de manche, mais pas complètement, car quelques gouttes restèrent.

C'est alors qu'il sentit une présence dans son dos; elle n'était pas vampirique, et encore moins humaine. A vrai dire, il la connaissait bien.
Il se retourna.


"Miâââww..."

*Ben tiens, y'avait longtemps...*


Un chat se tenait tranquillement devant lui, assis sur son derrière, à le regarder de ses pétillants yeux verts. Il était noir, certainement croisé angora, et de petites touffes de poils au bout de ses oreilles le faisait ressembler à un lynx.
Asklépios arqua un sourcil: il connaissait cet animal.


"Allons bon, qu'est-ce que tu me veux?"


Le félin trottina gaiement jusqu'à lui et l'albinos le prit dans ses bras; il fit une grimace quand le chat lui lécha affectueusement la joue en ronronnant.
Le vampire remarqua alors que son compagnon à quatre pattes avait quelque chose accroché autour du cou. Intrigué, il le prit et reposa le chat à terre; ce dernier ne trouva rien de mieux à faire que de se frotter à l'albinos en imitant une locomotive. Il ignorait royalement Machiavel.
De son côté, le cadet de celui-ci regarda ce qu'il avait dans les mains. Ses yeux s'écarquillèrent d'un seul coup.

"Machiavel; faut partir d'ici."

Il ouvrit les mains, dévoilant ainsi l'un de ses kunaïs qu'il avait balancé aux vampires ennemis. La lame était entaillée par des dizaines de coups de griffes, et celles-ci n'étaient pas d'ordre vampirique.

Brusquement, le chat se figea et se mit à courir vers l'angle de la rue où il disparut après avoir poussé un miaulement qui ressemblait fort à un avertissement.
Asklépios tenta de se relever; il n'y parvint pas, son organisme n'ayant pas encore totalement absorbé la dose de sang. Sentant un mouvement au-dessus d'eux, il leva la tête: trop tard. Les vampires étaient sur eux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Machiavel De La Meriyan
Vampire aux yeux ambrés
Vampire aux yeux ambrés
avatar

Nombre de messages : 90
Age : 27
Date d'inscription : 27/06/2006

MessageSujet: Re: Dans les rues d'une si jolie ville... [terminé]   Sam 1 Juil - 8:35

Machiavel se demanda vaguement pourquoi le plus jeune hésitait à boire son sang. Il serait capable de l'arrêter, c'était une certitude, un coup dans le ventre peu arriver si vite parfois… Mais ce qu'il ne s'expliquait pas c'était son propre geste. Comment pouvait-il donner son sang pour la première fois de sa vie aussi facilement ? Bha pas très utile comme questions maintenant que c'était fait.

La seule chose qui occupait l'esprit du brun s'était les sensations qu'engendraient ces lèvres sur sa peau, son sang se déversant entre ses lèvres… C'était un plaisir divin, quoique plus démoniaque peut-être que d'origine divine… Le fait était que ce contact faisait frissonner le vampire de tout son être, il ne se rappelait pas de ses lèvres sur le poignet de son maître, avait-il ressenti le même bien-être ? Avait-il eu l'impression en laissant partir son sang dans son corps de vivre en son récepteur ? Avait-il ressenti tout cela ? C'était-il sentit si près de l'extase ? Cet échange le faisait nager en plein bien être, il ne perdait pas ses forces, il les donnait… Finalement, il n'était plus sur de savoir quand s'arrêter, il était encore loin du point critique, mais c'était si agréable, si doux, si jouissif…

Quand Asklépios arracha ses lèvres de sa peau, il se sentit envahit par le contre coup de cette divine expérience. Il était vide après tant de plaisir, il avait l'impression de s'éteindre presque, de perdre l'étincelle de vie, pourtant son sang s'était arrêté de couler de sa blessure, il ne restait qu'une infime trace de sang le long de son bras… Ce ne fut que l'affaire de quelques instants pour qu'il retrouve ses esprits, qu'il sorte de la torpeur dans laquelle il était plongé. Son premier geste fut de nettoyer son bras par quelques coups de langue adroits, il ne tenait pas à gaspiller son sang !

Son attitude ne montrait aucune faiblesse, mais lui savait qu'il avait perdu une quantité assez importante de sang, mais le montrer aurait été la pire chose à faire. Il ne doutait pas que quelques vampire ou membres du Sakurai puissent encore traîner dans les parages, il fallait paraître parfaitement bien. Car après tout si tout ce qui paraît est, alors il serait possible que deux choses totalement différentes soient au fond la même est unique chose. En partant de là, il suffit de paraître au mieux de sa forme pour l'être aux yeux des autres. Machiavel se dit à ce moment là, qu'il espérait qu'il y aurait des imbéciles pour l'attaquer, il en garderait un pour se nourrir.

Il remarqua le chat, mais tout comme lui, il l'ignora royalement, il n'aimait pas les chats… Il préférait les oiseaux, et les chats avait la fâcheuse manie d'attaquer les oiseaux… La dernière fois qu'un de ces perfides animaux l'avait sous ses yeux, il s'était retrouvé étripé… Il regarda les actions du plus jeune d'un œil plus que perplexe… Comment pouvait-on apprécier ces bestioles… Lui aussi fit une grimace quand le chat lécha la joue du vampire, c'était dégueulasse ! Le regard ambre se fit encore plus perplexe quand l'autre lui dit qu'ils devaient y aller…


"On va écouter les chats maintenant…. "
marmonna-t-il en levant les yeux au ciel.

Il poqua le front du plus jeune pour lui faire remarquer que c'était vraiment du n'importe quoi comme réflexion. Non, partir, c'était pour les faibles. Il déposa Asklépios contre le mur rapidement, alors que celui-ci levait la tête. Comme si c'est petits vampires de pacotille allaient lui faire peur. Il y en avait quoi ? Vingt ? Vingt-cinq plutôt, c'était à peu près ça. Du menu frottin quoi ! Le plus vieux se releva en dégainant ses sabres, sourire aux lèvres. Les premiers à se jeter sur lui ne firent pas long feu. Les suivants non plus au marque, une vraie boucherie. Mais Machiavel n'était quand même pas au mieux de sa forme, il sentit même une lame lui rentrer dans les côtes… Il y en avait vraiment de partout… Quand il en vit un s'approcher d'Asklépios, il s'énerva. La lame qu'on lui avait mis dans le ventre se ficha entre les yeux de ce chien. Deux minutes après ce geste, il n'en restait plus qu'un qu'il frappa sans ménagement, mais sans le tuer… Il s'approcha de lui, et l'empêcha de se débattre. Ses crocs déchirèrent tant il était énervé, il but le sang de ce vampire de bas étage… Il s'arrêta bien avant qu'il soit "vidé", d'ailleurs il ne faut jamais les vider totalement, ça peut être dangereux. Il laissa tomber le mourant et lui trancha la tête. Ils avaient beau dire tout ce qu'ils voulaient ceux du sakurai, mais sans tête, un vampire, c'est mort…


"Vraiment on me ferait bien boire n'importe quel sang,
déclara-t-il avec une moue en s'essuyant les lèvres. En plus j'ai mis plus de temps que d'habitude à les tuer… et ils ont abîmé mon beau kimono… ", constata-il en découvrant le trou fait par la lame.

Il poussa un soupir de lassitude, il continua d'avancer vers Asklépios en cherchant où on avait encore pu le blesser… Et là il poussa un hurlement de colère.


"ILS ONT COUPÉ MES CHEVEUX !!! "


Après cette constatation, il s'acharna à piétiner à des cadavre en maudissant tous les noms, blasphémant tout ce qui pouvait l'être, déclarant toutes sortes d'insanités…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Asklépios Narana
Vampire
Vampire
avatar

Nombre de messages : 206
Date d'inscription : 07/06/2006

MessageSujet: Re: Dans les rues d'une si jolie ville... [terminé]   Sam 1 Juil - 14:50

A peine avait-il levé la tête que Machiavel le transportait rapidement pour aller l'installer contre le mur, après lui avoir tapé le front; visiblement, il trouvait stupide de faire confiance à un animal...Et il ne semblait pas particulièrement aimer les chats. Allez savoir pourquoi.

Asklépios, de son côté, ne les aimait pas particulièrement non plus, mais il avait appris à écouter les messages que ces animaux lui apportaient quelquefois. Et la plupart du temps, ils n'étaient pas à négliger. Faire confiance à l'un de ces félins avait plusieurs fois sorti l'albinos de fâcheuses situations, aussi les respectait-il.
Mais ce qu'il n'avait jamais compris, et qu'il ne comprenait toujours pas, c'était le fait que ces étranges créatures lui viennent relativement souvent en aide, et qu'elles viennent à lui dans la plus grande fraternité; jamais il n'avait subi une griffure ou une morsure de ces bêtes-là. Le ou les mystères de ses liens avec elles demeuraient entiers.

Le combat entre leurs compatriotes ennemis et Machiavel fut des plus intéressants, mais surtout des plus sanglants: il n'avait jamais vu combattre le vampire aux cheveux d'ébène, aussi fut-il plutôt satisfait de ne pas faire partie de ses ennemis...du moins directement, car il ne fallait pas oublier qu'Asklépios faisait partie du Sakuraï.
Son aîné maniait magnifiquement bien ses sabres, et l'albinos s'y connaissait car il lui arrivait de se servir de ces armes; cependant elles n'étaient absolument pas de la même taille, et son niveau ne pouvait rivaliser avec celui de son précédent donneur.
Ce dernier était d'un niveau parfaitement respectable, mais il allait de soi qu'il n'était pas au meilleur de sa forme, car il permit à deux lames de se ficher dans son corps: une entre les côtes, et l'autre dans le ventre. Remarque, c'était un peu la faute d'Asklépios, puisque c'éait lui qui l'avait affaibli ainsi. Néanmoins, ces faits permirent au plus jeune des damnés de faire une découverte intéressante: s'il s'était pris ces lames, cela voulait dire qu'il n'avait pu les arrêter avant; en l'occurrence, cela voulait dire que Machiavel ne maîtisait pas un de ses pouvoirs vampiriques, qui ne devait être autre que la télékinésie.

Voilà qui expliquait bien des choses; comme le fait qu'il envoie ses kunaïs à la main, par exemple. Asklépios ne le faisait jamais, ou presque: en cas extrême, ou quand il estimait qu'il n'était pas nécessaire d'avoir recours à un tel pouvoir, ce qui était plutôt rare. Surtout que lui-même était assez paresseux, alors comme ça lui évitait de bouger...
L'albinos regarda devant lui; un de leurs assaillants se dirigeait vers lui, triomphant: il croyait sans doute pouvoir venir à bout de celui qui était à terre. Asklépios lui lança un regard méprisant.


*Non seulement son niveau est dérisoire, mais en plus il faut qu'il soit lâche; mes semblables sont de plus en plus pathétiques, de nos jours. C'est véritablement une honte pour notre race.*


Alors qu'il n'était plus qu'à quelques pas, un objet tranchant volant vint lui chatouiller l'espace peu étendu compris entre ses yeux. L'albinos poussa un soupir de mécontentement: il avait préparé ses griffes pour rien. Et puis, il se sentait frustré: comment un vampire aussi expérimenté que lui pouvait se faire protéger de la sorte par l'un de ses aînés?! C'était franchement rageant; c'était pas parce qu'il était à terre qu'il ne pouvait pas se défendre!!

Quand Machiavel en eû terminé avec sa boucherie, Asklépios regarda d'un air blasé la scène qui s'en suivit: imaginez un des plus vieux vampires, appartenant sans doute à la classe des "canons" dans la hiérarchie de la beauté physique, en train de se plaindre comme quoi il aurait mis plus de temps à les tuer que d'habitude, qu'ils avaient abîmé son beau kimono -un petit trou de même pas un centimètre, quel terrible malheur!-, et que pour couronner le tout, ils lui avaient coupé les cheveux!! Un drame presque aussi grave que la fin du monde!! C'était impardonnable.


*J'avais oublié à quel point Machiavel aimait ses cheveux...*


Il était vrai que l'albinos, étant encore humain à l'époque, avait pu remarquer que les cheveux de son aîné étaient réellement magnifiques: brillants, fins, ils dégageaient une impression d'extrême douceur et donnaient envie de les caresser; seulement, il ne s'y était jamais risqué.
Tout ça pour dire que le vampire aux yeux d'ambre apportait un soin tout particulier à ses cheveux, et Asklépios l'avait déjà vu s'énerver quand ils étaient décoiffés; alors maintenant qu'ils étaient coupés, il ne pouvait que constater ce que ça donnait: Machiavel piétinait rageusement les cadavres de leurs congénères en exprimant tous les jurons, insanités, blasphèmes et autres malédictions qui lui passaient par la tête. Et d'après le débit, son répertoire devait être particulièrement riche...

Il fallait tout de même avouer que la longueur de ses cheveux avait diminué d'environ trente centimètres, ce qui n'était pas à négliger.
Asklépios soupira, se leva, et se dirigea vers Machiavel en slalomant entre les corps en morceaux.


*...Au moins, moi ça ne laisse pas de traces.*


Il enjamba une importante flaque de sang.


*Et c'est tout de même plus propre...*

Arrivé près de son aîné, il entreprit de lui faire entendre raison en se tenant néanmoins à une certaine distance, parce que l'état dans lequel se trouvait son semblable était propice à toutes les réactions...plus ou moins violentes. Il était en état de marcher, mais éviter les coups d'un vampire du niveau de Machiavel n'était peut-être pas encore à envisager.

"Du calme, Machiavel: c'est pas la fin du monde. D'autant plus que demain matin ils seront de nouveau comme avant, alors pas la peine de t'énerver; tu gaspilles tes forces pour rien, là."


Ces arguments ne suffiraient pas, il le savait. Aussi utilisa t-il un moyen infaillible pour le raisonner. Seulement, cela risquait d'avoir des répercussions...sur Asklépios. Et peut-être pas celles auxquelles on pourrait penser.

"Et puis, moi je trouve que ça te va bien; je dirai même que tu es encore plus beau comme ça..."


L'albinos sentit un frisson lui parcourir l'échine: il n'avait vraiment pas l'habitude de sortir des trucs comme ça. Mais sans doute que Machiavel n'avait rien remarqué; après tout, on venait de lui faire un compliment, alors quand l'ego entre en jeu...
D'autant plus qu'Asklépios savait celui de Machiavel assez... démesuré.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Machiavel De La Meriyan
Vampire aux yeux ambrés
Vampire aux yeux ambrés
avatar

Nombre de messages : 90
Age : 27
Date d'inscription : 27/06/2006

MessageSujet: Re: Dans les rues d'une si jolie ville... [terminé]   Dim 2 Juil - 8:28

La fin du combat ne sonna que quand les deux sabres glissèrent dans leurs fourreaux, après que le vampire les ait au préalablement essuyer du sang médiocre dont ils étaient couverts. Le "clic" qu'il produisirent résonna légèrement sur la désolation qu'il avait fait régnait. Mais le plus important, c'était quand même ces cheveux ! Comment avait-il pu oser lui faire cela ces vampires de bas étages ? Il ne semblait pas pouvoir s'arrêter de maudire, c'était si grave à ses yeux ! Ces cheveux était symbolique, après sa sortie de la maison close, on ne les lui avait plus jamais coupé, alors les couper lui rappeler cette époque maintenant lointaine, mais toujours gravé dans son esprit et dans sa chair, celle de son cou plus précisément. D'ailleurs pour des raisons matérielles, il ne voulait pas qu'on coupe ses cheveux, sans sa longue chevelure, tout le monde verrait ce chiffre dans son cou. Alors si tous le voyaient, tous lui demanderaient ce que c'était, tous se questionneraient, ils le rendraient tous fou à lui faire repenser au fer rouge appliqué sur la peau, aux mains et à tout le reste. Non, jamais il ne voulait qu'on touche à ses cheveux, il n'y avait eu que son maître qui ait eu ce privilège, et il resterait sans doute l'unique à l'avoir eu.

Il était vrai que s'il avait eu de la télékinésie, lors du combat, il aurait pu protéger sa chevelure ! Là, un pouvoir comme cela aurait pu être très utile ! Mais il n'en avait pas ! Du moins, il ne s'était pas encore déclaré, mais vu son âge, il serait étrange qu'il se déclare un jour. Cependant il avait une certaine compensation, sa télépathie et son empathie étaient très puissantes, d'ailleurs preuve qu'il n'aimait pas user trop de ses pouvoirs, jamais il ne manipulait les autres avec eux. Pourtant avec son niveau il aurait pu faire se tuer n'importe qui, rien qu'en lui faisant penser des choses ignobles… Seulement, il préférait faire le travail directement. Surtout que ça nourrissait des amis… D'ailleurs, ils n'aillaient pas tarder à arriver. Ce n'était qu'une question de quelques minutes.

Les yeux ambrés quittèrent un instant le cadavre qu'il était en train de rouer de coups, quand Asklépios se leva. Celui-ci semblait ne pas trop apprécier les méthodes de travail de son congénère. Il s'arrêta à quelques mètres de lui, sans doute de peur de recevoir un coup perdu, pourtant ses pieds ne rataient jamais la face de rat de cet hideux cadavre au sol. Il écouta les paroles de l'albinos sans cesser ses coups successifs, il fallait bien il extériorise sa colère. Il éclata de rire en entendant le début de sa phrase. C'était certainement pas la fin du monde, ça c'était clair.


"Tu as raison, mais c'est quand même la fin de mes cheveux ! Et je fais ce que je veux de mes forces ! "
dit-il avec un air d'enfant capricieux.

Essayer de le raisonner dans un pareil moment, ce n'était peut-être pas la chose la plus facile à entreprendre… Mais la suite des paroles d'Asklépios réussir à stopper ses coups. Il était plus surpris qu'autre chose, jamais il n'aurait pu penser entendre ce vampire dire cela. C'était presque choquant venant de lui ! Même après 133 sans le voir, l'entendre dire de telles choses ! Fort heureusement, l'empathie aide à se rassurer des fois !

"Mets un peu plus de sincérité dans tes pensées la prochaine fois que tu dis ça… Mais merci quand même… "déclara-t-il en perdant sa colère, son sourire était même doux.

Mais ça ne l'empêcha pas de donner un dernier petit coup de pied ! Mais il arrêta, quand ils ne bougent plus, c'est moins intéressant. Et puis ses "amis" arrivaient. Il sentit leur présence, ni humaine, ni vampirique, encore moins d'origine lycanthrope… Le premier arriva, Machiavel leva son bras pour lui permettre de se poser. Quelques plumes noires s'échappèrent de ses ailes noir brillant et profondes, c'était un merveilleux corbeau. D'une taille des plus respectable, des yeux de la même couleur que son porteur, tout comme son bec, un très bel animal en somme. Les doigts du plsu vieux vampire caressèrent délicatement le plumage du charognard.


"Alors mon beau comment vas-tu aujourd'hui ? J'espère que tu as ramené de nombreux amis, vous allez avoir du travail… "murmura-t-il en laissant l'oiseau s'envoler à nouveau.

Il disparut un instant en poussant un chant des plus agréable aux oreilles de Machiavel, mais sans doute fort irritant pour quelqu'un qui n'en connaissait pas la signification… Un sourire s'installa sur les lèvres du brun. Bientôt un nuage noir se forma dans le ciel, un noir ténébreux… Puis le nuage descendit vers eux, en fait ce n'était pas un nuage comme les autres. C'était des centaines, voire des millier de corbeaux qui descendait vers la ruelle.


"Eh bien tu n'y es pas allé de main morte aujourd'hui… C'est bien vous allez vite nettoyer ça…"
chuchota le tueur aux yeux d'ambre.

Qui avait dit que sa façon de faire n'était pas propre ? Il ne laissait jamais de traces… Ses corbeaux étaient bien plus utiles que ces chats de pacotilles… Depuis qu'il faisait des cadavres, les oiseaux le suivaient. Ils avaient trouver en lui un bon moyen de se nourrir et ils lui rendaient bien service. Parfois même ils l'aidaient à faire d'autres choses ; si Asklépios savait écouter les félins, Machiavel savait écouter les oiseaux ténébreux.

"Asklépios, maintenant, on peut y aller. "déclara-t-il en caressant un autre volatile qui venait de se poser sur son épaule.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Asklépios Narana
Vampire
Vampire
avatar

Nombre de messages : 206
Date d'inscription : 07/06/2006

MessageSujet: Re: Dans les rues d'une si jolie ville... [terminé]   Dim 2 Juil - 13:11

Un gamin. Ce n'était qu'un gamin. Le grand, le fort, le beau Machiavel n'était qu'un petit enfant naïf aux réactions correspondant au mental de cet âge. La preuve en était qu'il se mettait facilement à rire, et que ses propos, pour la plupart censés, mettaient un point d'orgue à la complexité de sa mentalité. Il en était presque lunatique, mais cela n'était pas vraiment étonnant...

"Y'a pas de quoi..." fit Asklépios d'un ton pincé quand son aîné le "remercia" pour ses propos un tantinet élogieux.

A certains moments, les dons de télépathie et d'empathie du vampire aux yeux ambre devenaient particulièrement agaçants. On ne pouvait rien cacher, la supercherie, aussi infime soit-elle, prenait fin immédiatement. Quant à masquer ses pensées...autant essayer de faire aimer l'eau à un chat.
L'albinos savait parfaitement que son semblable devait être au courant de son agacement, mais à vrai dire, il s'en fichait; après tout, il faisait ce qu'il voulait de son adrénaline et de ses pensées, non?! Alors c'était pas un vampire pervers et à moitié androgyne qui allait l'empêcher de faire ce qu'il voulait avec son esprit!!
Cependant, Asklépios était tout de même arrivé à ses fins; à savoir, calmer Machiavel, ce qui n'est ordinairement pas chose aisée. Mais il y était parvenu, et c'était tout ce qui comptait. Restait à savoir pourquoi il se fichait de lui quand il parlait à un chat alors que môssieur beau gosse était en train de flirter avec un corbeau qui était gentiment venu se poser sur son bras...

*On va écouter les chats, hein? Espèce de crétin...*
pensa t-il en regardant la scène, tout en sachant que son aîné l'entendrait.

Remarque, c'était peut-être l'effet voulu. Cela l'énerverait sûrement, mais pour une fois que cela n'était pas le contraire...
Il fallait dire aussi que depuis leur toute première rencontre, il y avait plus d'un siècle, le vampire aux cheveux d'ébène trouvait un malin plaisir à l'agacer; cela l'amusait. Et visiblement, aujourd'hui cette habitude n'avait en rien changé...

Pendant que le plus vieux damné faisait mumuse avec ses sombres compagnons ailés, le plus jeune entreprit de remettre de l'ordre dans sa tenue devenue légèrement négligée: il s'épousseta de la tête aux pieds avec un air contrarié; en rentrant, il allait devoir se changer. Il remit son revolver à sa place quand il eû fini son pseudo-nettoyage.
Et là, sa curiosité se mit en route; le nuage noir que formaient les oiseaux de mauvaise augure était stagnant, et Asklépios entreprit de mémoriser ses mouvements; c'était réellement intéressant.

Il ne s'était jamais intéressé aux oiseaux, et encore moins aux corbeaux; pourtant, il en croisait pas mal, quand il voyageait seul sur les routes. C'était sans doute même les seuls compagnons qu'il ait sur celles-ci. A part les chats sauvages, bien sûr. Seulement, ceux-ci étaient plus rares.
Il porta son attention par terre, observant comment les funestes volatiles s'y prenaient pour découper ou arracher un lambeau de chair et l'engloutir sans en gaspiller une miette. Ils étaient particulièrement doués pour cette tâche. Même un rapace affamé n'aurait pu mieux nettoyer ainsi un bout de cadavre ensanglanté.


*Machiavel s'est bien débrouillé; il n'y aura bientôt plus aucune trace de ce carnage.*
constata t-il intérieurement.

En fin de compte, son aîné avait plus d'un tour dans son sac; remarque, venant de sa part, il fallait s'attendre à tout...
Aussi Asklépios réprima une réplique pas très gentille quand son...compagnon (?) déclara qu'ils pouvaient y aller.

"On peut y aller? Moi je suis pas contre, mais il y a comme un hic: OU voudrais-tu aller? " fit-il avec une moue légèrement fatiguée.

Il ne doutait pas une seconde que Machiavel n'ai pas de chambre à l'hôtel; qu'irait-il faire là-bas? A part embêter ou draguer, il ne voyait pas. Quant à Asklépios, il avait toujours la sienne, même que les clés étaient...
Il fut brusquement saisi d'un doute. Inquiet, il se mit à tâtonner ses poches; ceci fait, il poussa un gros soupir las. Il aurait dû s'y attendre, avec la chance qu'il avait...

*C'est gé-nial. Je suis en compagnie d'un superbe vampire complètement dérangé qui fait la conversation aux corbeaux, je suis entouré de ces charmantes créatures en plein festin vampirique, et je viens de me rendre compte que j'ai paumé les clés qui me permettaient de passer une bonne nuit dans un hôtel assez renommé. Mais à part ça, tout va bien.* songea t-il sarcastiquement pour lui-même.

Sans savoir pourquoi, il sentait que cette journée allait être longue, très longue...trop longue. Peut-être parce qu'il avait l'intuition que Machiavel n'allait pas le lâcher de sitôt...d'autant plus que ce dernier n'avait sans doute nulle part où aller, ce qui n'était pas à négliger...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Machiavel De La Meriyan
Vampire aux yeux ambrés
Vampire aux yeux ambrés
avatar

Nombre de messages : 90
Age : 27
Date d'inscription : 27/06/2006

MessageSujet: Re: Dans les rues d'une si jolie ville... [terminé]   Lun 3 Juil - 3:24

Il n'y avait pas que les dons du vampire qui étaient agaçants, tout chez lui pouvaient l'être ! Il était un gamin agaçant et immature. Il valait mieux le voir comme ça que sérieux et froid, de toutes façons, les gens qui l'ont vu comme cela ne sont plus là pour témoigner… Il répondit par un sourire aux politesses d'Asklépios. Il le savait agacé, mais il ne fit rien pour éffacé ce sentiment de lui, la tristesse d'accord, il n'avait pas voulu qu'elle reste, mais sa mauvaise humeur, ça faisait son charme ! Son sourire s'agrandit quand il entendit la remarque de l'albinos concernant son "flirt" avec le corbeau.

"C'est pas bien d'insulter les gens par derrière… Je ne suis pas si crétin que ça… Ils sont bien plus utiles que tes minous, et en plus, ils sont bien plus gracieux. Et, enfin eux, il sont libres…"déclara-t-il d'un ton enfantin, clair et pur quand son regard se portait sur l'oiseau posé sur son bras.

Son regard d'ambre semblait presque envieux quand il fixait ces oiseaux aussi sombres soient-ils. En fait, il les jalousait un peu parfois, de pouvoir errer plus librement que lui, sans avoir à se battre, sans que personne ne les attaque, vivant des restes des autres sans pour autant être dépendant d'une personne en particulier… Il aurait aimé pouvoir vivre comme eux, il était las de devoir se battre, c'était étrange, mais pourtant, c'était la vérité. Le carnage où ils étaient ne témoignait pas le moins du monde de ce sentiment naissant en lui… Heureusement, car autrement, ils se seraient acharnés plus sur lui croyant voir un signe de faiblesse… Un soupir passa ses lèvres. L'entente des pensées d'Asklépios n'arrangea pas sa mélancolie, au lieu de se sentir flatter, il fut blessé… Il avait l'impression d'être le centre d'intérêt de celui-ci que par ses astuces, pas en temps que personne. C'était rageant, même plus que rageant, c'était une chose insupportable. Les paroles de son confrère achevèrent de le blesser. Après tout, il avait sûrement eu tort de croire qu'il avait trouvé quelqu'un avec qui il pourrait rester un peu, personne ne voulait plus de lui. Son sourire resta, pourtant, ses pensées devirent aussi macabres que le lieu dans lequel ils se trouvaient.


"Nulle part. Je vais aller nulle part…"
murmura-t-il d'une voix à peine audible.

Sa main caressa doucement le crâne du corbeau avant que celui-ci ne s'envole. Lui non plus n'acceptait pas de rester longuement en sa compagnie. Machiavel aussi n'allait pas tarder à partir aussi, il allait laisser l'albinos tranquille, loin de sa dérangeante compagnie. Il ramassa lentement son suriken qu'il n'avait pas encore récupéré du cadavre humain, les oiseaux carnassiers le laissèrent faire avant de reprendre leur travail de nettoyage. Il se redressa. Il était si las à cet instant, las d'être si libre, las d'être si seul, las d'avoir perdu les seules choses qui finalement comptaient pour lui. Cela faisait des années que son maître lui manquait affreusement, il avait eu un stupide espoir en voyant de nouveau Asklépios. Il avait cru un instant qu'ils puissent rester ensemble, il avait cru des absurdités. Il avait pensé trouver quelqu'un d'assez fort pour pouvoir faire route avec lui, mais ce n'était qu'une idée sans suite, une idée futile qui ne devait rester qu'à ce stade.

Il ferma les yeux, il ne voulait pas l'entendre ! Il ne voulait pas entendre ses pensées ! Il ne voulait pas de ça ! Il voulait qu'il se taise, qu'il arrête ! Il ne voulait plus l'entendre… Ses mains se portèrent sur son visage. Pourquoi le disait-il "dérangé" ? Pourquoi ? Pourquoi disait-il tout cela ? Ah oui, il ne les disait pas, il les pensait simplement…

"Tes clef sont par terre… Alors tais toi. Je ne veux plus t'entendre. Tu es en pleine forme ! Tu vas pouvoir te débrouiller tout seul ! Machiavel le dérangé va te foutre la paix ! Tu seras content comme cela ! "dit-il énervé sans même le regarder, le sourire aux lèvres.

Le brun ne lança pas un regard de plus. A quoi ça servirait ? Il ne voulait pas le voir ? Tant pis, il trouverait bien quelqu'un d'autre. Il se mentait en pensant cela, il ne trouverait personne. Il accéléra le pas pour dissiper ses pensées. Sa cicatrice dans le cou le démangeait, elle le démangeait énormément… Il glissa ses doigts dans son cou et la gratta frénétiquement. Il n'avait besoin de personne…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Asklépios Narana
Vampire
Vampire
avatar

Nombre de messages : 206
Date d'inscription : 07/06/2006

MessageSujet: Re: Dans les rues d'une si jolie ville... [terminé]   Lun 3 Juil - 6:43

Asklépios mit ses mains sur ses hanches; comment pouvait-il parler des chats ainsi?! Qu'est-ce qu'il y connaissait, lui?!
Les chats donnaient souvent l'impression d'appartenir à leur maître, mais justement, ce n'était qu'une impression; ils appartenaient à eux-mêmes, quelle que soit leur situation, ou qu'ils aient un collier autour du cou. Même si leur soi-disant maître les abandonnait, ils n'avaient absolument besoin de personne pour survivre, pas comme les chiens. Ces derniers, une fois domestiqués, perdaient tous leurs moyens quand arrivait un moment de solitude.
Pas les chats. Au contraire, ils aimaient plutôt ça; quelques caresses de temps en temps ne faisauent pas de mal, mais rien ne valait un bon moment de tranquillité. Alors pour ce qui était de leur liberté...ils la reprenaient quand ils voulaient.
Les chats et les corbeaux étaient bien trop différents pour être comparés: l'un possédait des griffes et se déplaçait souplement à quatre pattes, l'autre volait et déchiquetait ses proies de son bec. Il n'y avait vraiment aucune comparaison possible. Néanmoins, tous deux avaient quand même un point en commun: la faculté d'adaptation. La preuve en était qu'aucune des deux espèces n'avait disparue ou était en voie d'extinction.

L'albinos comprit enfin pourquoi il s'entendait si bien avec les félins, et pourquoi Machiavel avait un lien avec les corbeaux; parce que d'une certaine manière, ils étaient comme eux. Asklépios donnait l'impression d'être soumis à des régles de part son appartenance à une organisation, mais il pouvait se défaire de celle-ci sans aucune difficulté, et reprendre une vie totalement libre; quant à Machiavel, il y avait d'abord...le physique, mais c'était surtout son caractère changeant qui le faisait ressembler à un corbeau...Et puis, un corbeau peut devenir particulièrement agressif...

Cependant, à la différence de ses amis à plumes, le vampire aux cheveux d'ébène possédait une chose que l'on appelle la sensibilité. Oh, celle-ci n'était pas très forte, mais elle l'était suffisamment pour qu'il ressente des sentiments pas vraiment très joyeux.
Asklépios l'avait blessé, il le savait. Il était allé trop loin dans des territoires inconnus, et il était maintenant trop tard pour s'apercevoir qu'il avait franchi des frontières interdites.

L'albinos n'avait vraiment pas voulu le blesser. Il n'aimait pas faire souffrir les autres, et voir son aîné dans cet état lui fit mal.
Pareil. Exactement pareil. Le plus âgé des damnés ressemblait fort à Asklépios maintenant; tous les deux, ils étaient pareils. Ou presque. Néanmoins il était certain que Machiavel avait nourri l'espoir d'avoir enfin trouvé quelqu'un avec qui il pourrait partager son existence, quelqu'un qui le comprendrait. Il avait pensé qu'Asklépios pouvait être ce quelqu'un.
Il ne s'était pas trompé.

Le plus jeune ne le comprenait que trop bien; combien d'années avait-il passé dans la solitude, sans que personne ne s'intéresse à lui? Combien de temps espérait-il rencontrer celui ou celle qui ne l'abandonnerait pas? Car au fond de lui, Asklépios éprouvait le même besoin que Machiavel.
L'albinos porta brusquement ses mains à sa tête: il avait mal, une douleur lancinante lui irradiait l'esprit. Cette douleur...il la connaissait. C'était celle que l'on ressent quand on voit l'un de ses espoirs voler en éclats.
Seulement, ce n'était pas un des siens; l'esprit de Machiavel lui envoyait ces ondes de douleur. Mais ne n'était pas normal, parce que généralement, c'était le contraire...
A moins que leurs esprits ne se soient connectés à cause de la résonnance concernant leurs sentiments semblables? Oui, ça devait être ça. Comme il s'en voulait...Après toutes ces années, ils s'étaient enfin trouvés, et voilà que lui, comme un imbécile, il faisait voler ce rêve en éclats!!

Surmontant son mal de crâne, il s'avança difficilement vers son aîné. Il se tenait toujours douloureusement la tête.


"Excuse-moi...je ne voulais pas te blesser. Je ne voulais pas te faire mal!!" articula t-il difficilement d'un ton presque implorant.

La douleur augmentait; cela devenait franchement insupportable.
Peut-être que les excuses ne serviraient à rien. Peut-être s'énerverait-il parce qu'il les trouverait certainement inutiles. Mais peu importait; il avait au moins essayé, et le résultat n'allait pas forcément être négatif, si?
Il résista cinq minutes, puis il entreprit de reprendre la parole, chose loin d'être aisée.


"Si...si tu n'as nulle part où aller...Ca te dirait de..."


Il écarquilla brusquement les yeux.


"MACHIAVEL!!" cria t-il soudain.

Devant ce dernier se trouvaient des soldats, sans doute chargés de faire respecter l'ordre à Daitoshi. Ils étaient tous armés de lances, et l'une d'elles menaçait dangereusement le vampire aux cheveux d'ébène.
Et dire que ce n'était que de simples humains!! A cause de ce fichu mal de tête, il n'avait pas pu les sentir approcher. Et qu'attendait Machiavel pour se défendre?!

*Si ça se trouve, je l'ai tellement blessé que...oh non!!*

Un des hommes chargea; le sang d'Asklépios ne fit qu'un tour.
Il se précipita sur Machiavel, l'attrappa à la taille et l'attira contre lui pour avoir plus d'emprise; il fit un saut de côté pour éviter la lame mortelle, mais il fut quand même touché à la hanche.Tout ceci s'était passé en une fraction de seconde.
L'albinos porta la main à sa blessure; ses capacités avaient été diminuées à cause de la douleur dans son esprit. Gardant toujours son aîné contre lui, il se retourna furieux vers les soldats.


"Stupides humains..."

Il tendit le bras dans leur direction.

"...vous ne valez pas mieux que ces imbéciles du Bloody Night!!" s'exclama t-il d'une voix forte où perçait sa colère.

Brusquement, tous les hommes en armure furent violemment projetés contre le mur de la ruelle d'en face; les premiers à l'atteindre entendirent leurs os craquer, tandis que les autres s'assommèrent. Leurs gémissements d'agonie ne tardèrent pas à se manifester.
Asklépios reporta son attention sur Machiavel; il avait du mal à tenir debout, mais il tiendrait le coup. Ses yeux commençaient à devenir brumeux; il appuya plus fortement sur sa blessure, histoire de rester éveiller.


"Donc, comme je le disais avant que ces pitoyables créatures ne se ramènent, si tu n'as nulle part où aller..."


Un sourire d'une extrême douceur s'installa sur ses lèvres, preuve d'une sincérité sûrement pas mensongère.


"...ça te dirait de rester avec moi?"


Le flot du sang ne s'estompait pas, et sa main en était imbibée depuis assez longtemps. Il sentait ses forces l'abandonner. Mais il résisterait; il n'allait certainement pas mourir pour si peu...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Machiavel De La Meriyan
Vampire aux yeux ambrés
Vampire aux yeux ambrés
avatar

Nombre de messages : 90
Age : 27
Date d'inscription : 27/06/2006

MessageSujet: Re: Dans les rues d'une si jolie ville... [terminé]   Lun 3 Juil - 8:11

Machiavel avançait, son pas n'était finalement pas si rapide que ça… Il ne s'aperçut pas de la douleur qu'il infligeait à Asklépios, il avait déjà assez de mal avec la sienne pour penser à celle des autres. Et puis ne méritait-il pas cette douleur ? N'était-ce pas lui qui avait blessé le plus vieux ? N'était-ce pas lui qui avait dépassé les bornes ? C'était sa faute ! en quelques mots, il avait brisé Machiavel, lui qui si longtemps s'était cru libre et sans point faible, il s'était vivement trompé… Il était toujours prisonnier de ses sentiments, parce que malgré tout, il en possédait encore un peu, une petite sensibilité enfoui au fond de son cœur qui s'était depuis longtemps arrêté de battre. Mais ce semblant d'humanité venait d'être anéanti, libérant son flot de souffrance… Envers la personne qui le faisait tant souffrir. C'était sans doute le seul moyen qu'il avait trouvé pour hurler sa douleur, il ne puvait pleurer, il ne voulait la hurler à pleine voix, mais l'autre vampire la ressentait quand même, d'une façon sans doute bien plus forte.

Il avançait toujours, toujours, les yeux ouverts, mais il ne voyait plus rien. Qu'y aurait-il eu à voir de toutes façons ? Rien, strictement rien, il n'avait plus rien à voir, personne ne le voyait, personne ne l'écoutait, alors pourquoi continuer à voir les autres ? Non, ça ne servait plus à rien… Il s'arrêta devant les humains. Il n'ouvrit pas les bras, mais c'était tout comme, ils pouvaient bien le tuer, il n'en avait rien à faire. Au moins une fois mort, il retrouverait son maître… Son maître, s'il le voyait comme cela, il le fâcherait sûrement…

Ses yeux d'ambre se levèrent un peu et fixèrent les humains, ils semblaient hésiter. Pourquoi hésitaient-ils ? Pourquoi ne le tuait-il pas ? Ce fut sans doute l'appel muet du regard vide qui décida le plus téméraire à l'attaquer. Il eut droit à un sourire de la part du brun, qui ferma les yeux.

Mais il les rouvrit brusquement en sentant quelqu'un l'attirer à lui pour empêcher la lame de transpercer son corps. Il leva la tête et vit Asklépios. Pourquoi avait-il fait ça ? Pourquoi le défendait-il ? Les yeux orangés du vampire dévisageaient l'albinos sans comprendre ce qui le poussait à faire cela… Il n'avait pas entendu ses excuses, il ne pouvait donc associer ses actes à des regrets. Son regard se porta sur les humains, alerté par le bruit des armures s'entrechoquant. S'il n'avait pas été si perturbé, peut-être aurait-il eu l'idée de lire dans l'esprit de son congénère, mais ail avait déjà assez de mal avec le sine pour essayer de déchiffrer celui de quelqu'un d'autre !

Il regardait toujours Asklépios, à vrai dire comment détacher son attention de lui alors qu'il venait d'être blessé par sa faute ! Il écouta ses paroles, il lui fallut plusieurs secondes pour comprendre leur sens. Il écarquilla les yeux… Petit à petit sa tristesse s'effaça, pour n'être plus qu'un mauvais souvenir. Ses yeux d'ambres retrouvèrent leur éclat habituel, peut-être même brillaient-ils d'une nouvelle lueur. Il sourit à Asklépios, un sourire enfantin, un sourire d'enfant heureux… C'était étrange, enfant, il n'avait jamais pu en faire, mais il semblait qu'en la compagnie de l'albinos, il lui arrivait souvent d'en faire !


"Je… je veux bien…"chuchota-t-il doucement.

Son esprit était redevenu clair, enfin presque totalement. Assez pour être lucide. Il sentit qu'Asklépios avait du mal à rester conscient. Il se dégagea doucement de lui. Il vit sa blessure, il était assez salement touché, il perdait pas mal de sang en plus… Tout ça à cause de lui… Il déchira une manche de son kimono, il fallait arrêter l'hémorragie, après les dons de régénérations de la race feraient le reste. Il poussa doucement la main du plus jeune et banda la plaie.


"Désolé… C'est de ma faute ça…"murmura-t-il d'un ton fautif en finissant de nouer le tissu.

Il se redressa, et fixa l'albinos.


"Si tu veux, je vais te porter… Ou au moins te soutenir jusqu'à ta chambre d'hôtel… Je ne sais pas où c'est par contre, il va falloir me guider… "déclara-t-il doucement.

Le brun passa doucement son bras sous celui du jeune homme, puis le soutint dans le dos alors qu'il passait le bras du blessé autour des siennes pour lui offrir un bon appui.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Asklépios Narana
Vampire
Vampire
avatar

Nombre de messages : 206
Date d'inscription : 07/06/2006

MessageSujet: Re: Dans les rues d'une si jolie ville... [terminé]   Lun 3 Juil - 9:29

L'albinos faillit perdre l'équilibre quand son aîné se dégagea; était-il aussi faible que ça? Décidément, défendre et protéger ses semblables ne lui réussissait pas...mais cela avait servi au moins à quelque chose; l'habituelle lueur dans les yeux de Machiavel s'était rallumée, et l'un de ses éternels sourires enfantins éclaira de nouveau son visage: c'était comme si d'une certaine manière, il était revenu à la vie...Bizarrement, il aimait bien le voir sourire. Peut-être parce que ça le rendait plus humain...

Asklépios ne pu s'empêcher de sourire en voyant la transformation; vraiment, il avait du mal à croire qu'il était plus jeune que lui...car en ce moment même, les rôles étaient plutôt inversés...
Cependant Machiavel reprit très vite conscience de la réalité car il remarqua la blessure de son cadet et arracha l'une des manches de son kimono pour en faire un bandage, chose qu'il fit un peu de force en virant la main de l'albinos qui masquait difficilement la plaie. Cela étonna la blessé, car il n'aurait sans doute pas fait ça en temps normal; vu comment il réagissait en voyant un petit trou dans son vêtement...

La surprise fit s'écarquiller les yeux de neige du plus jeune damné quand ce dernier entendit son semblable dire que c'était de sa faute, et surtout...qu'il était désolé!! Jamais le cadet n'aurait imaginé Machiavel formuler de tels propos!! D'ailleurs c'était tellement inhabituel qu'il se demanda si c'était vraiment sincère... Mais qu'est-ce qu'il insinuait encore?! Son sentiment d'habituelle méfiance était vraiment une plaie!! Il fallait qu'il arrête de mettre en doute les paroles, faits et gestes de tout ceux qu'il rencontrait; pourquoi ne faisait-il jamais confiance à qui que ce soit? Peut-être parce qu'il avait peur d'être abandonné à nouveau...
Mais quelles pensées stupides!! Il eu envie de se frapper pour avoir osé envisager de telles choses, mais dans l'état où il se trouvait, ce n'était pas vraiment une bonne idée...aussi se tint-il tranquille.

Quand le vampire aux yeux d'ébène eû terminé sa besogne, il passa un de ses bras dans son dos et obligea le blessé à passer le sien autour de ses épaules; il lui lança un drôle de regard quand il lui proposa de le porter.
Et puis quoi encore?! Il était parfaitement en état de marcher tout seul!!


"Merci, mais je crois que ce ne sera pas nécessaire..."
répondit-il gentiment.

Et pour prouver ses dires, il fit un pas, un air digne sur le visage. Mais il n'en fit pas un deuxième, et son air de fierté légèrement orgueilleuse s'effaça aussitôt.
Ses jambes l'avaient trahi: elles s'étaient mises à trembler volemment, menaçant de céder à tout instant. Il les fusilla du regard.

*Ah non, non...mais c'est pas possible!!*

Le sort s'acharnait sur lui ou quoi?! Il n'y avait qu'à lui que ça arrivait, ce genre de trucs!! Pour la énième fois, il poussa un gros soupir, messager de sa lassitude. C'était vraiment pas sa journée, aujourd'hui...
Quand Machiavel parla de le ramener jusqu'à sa chambre d'hôtel, il se tourna vers lui et ne pu qu'acquiescer; de toute façon, il n'avait pas le choix...


"Je sais; allez, on y va."

Il allait faire un autre pas, mais il s'arrêta avant de se casser la figure; le ridicule, très peu pour lui. Visiblement, son aîné allait être contraint de le porter... Et cela n'allait sûrement pas l'enchanter.
Il se souvint alors de quelque chose: quelques minutes plus tôt, le vampire aux cheveux d'ébène lui avait dit que ses clés se trouvaient par terre. Il les chercha du regard, et quand il les eû trouvées, il les fit venir jusqu'à lui grâce à la télékinésie; ce pouvoir était véritablement très pratique.
Il les mis dans la poche à l'intérieur de sa veste, histoire qu'elles ne glissent pas de nouveau et qu'il les perde pour de bon cette fois-ci. Il aurait été fâcheux qu'ils soient dans la contrainte d'enfoncer la porte ou de demander de l'aide au réceptionniste.

Il s'accrocha davantage à Machiavel; il ne voulait vraiment pas tomber, parce que se relever risquerait d'être très dur.
En cet instant, il avait franchement l'impression de ressembler à une sangsue...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Machiavel De La Meriyan
Vampire aux yeux ambrés
Vampire aux yeux ambrés
avatar

Nombre de messages : 90
Age : 27
Date d'inscription : 27/06/2006

MessageSujet: Re: Dans les rues d'une si jolie ville... [terminé]   Lun 3 Juil - 10:36

Il était certain que le sourire qui ornait à ce moment là ses lèvre,s le rendait bien plus humain qu'à l'habituel. Ce qui était étrange c'était qu'il ait eu plus souvent l'occasion d'être humain après sa transformation qu'avant, étrange non ? Au moins avec Asklépios, il avait l'air presque accueillant… tout le monde en pouvait pas en dire de même.
Cependant l'affaire la plus importante ne concernait pas Machiavel mais Asklépios, c'était lui qui avait besoin de l'attention, pas le plus âgé.

Les actions du brun semblèrent peut-être un peu incompréhensibles à l'albinos, pourtant c'était clair comme de l'eau de roche, il s'en voulait d'avoir causé du tort à Asklépios par ses réactions de gamin et excessives… alors une manche de kimono, ce n'était pas grand-chose, et puis, il en avait vu de beaux à l'entrée de la ville… Il aurait tout loisir d'en voler un plus tard. Donc sacrifier ce bout de tissu pour une raison valable, ce n'était pas comme se le faire abîmer par des imbéciles, tout était dans la nuance ! Il ne fut cependant pas étonner d'entendre l'esprit du garçon douter de la véracité de ses propos, ce n'était vraiment pas dans ses habitudes de parler comme cela… Il sentit aussi l'engueulade intérieur de son … ami ? Oui, c'était sans doute cela. Il sourit.


"Tu sais, tu serais bien le premier à me faire vraiment confiance depuis longtemps… Alors tu peux douter de moi des fois ! ça ne me vexera pas."dit-il doucement.

Machiavel se retint de rire en voyant le regard que l'autre lui lança à la proposition de le porter. Jouer les princesses ne semblait pas l'enchanter du tout… Pourtant ça aurait été plus simple pour lui, enfin, il faisait qu'il le souhaitait. Dans tous les cas, le plus vieux serait là pour l'aider s'il y avait besoin, voir le rattraper s'il menaçait trop de tomber. Mais il ne tenait pas à blesser l'amour propre de l'albinos, bien qu'il soit évident que rien n'est plus sale que l'amour propre… Il regarda les clefs voler jusqu'à la main du télékinésiste. Il pouvait y aller à présent.

Il soutint le vampire et commença à marcher assez lentement pour permettre au blessé d'avancer sans trop de mal. Avoir la présence de quelqu'un à coté de lui le faisait habiter en lui un étrange sentiment. Peut-être que c'était du bonheur ? Oui, c'était peut-être ça, ça s'approchait du bien-être, de la joie… Il était content d'avoir Asklépios à ses côtés… Il se surprenait lui-même de ce zèle de sentiment. Mais en plus à ce sentiment s'ajoutait un peu d'inquiétude, l'inquiétude que son compagnon aille beaucoup plus mal, qu'il souffre trop… Des sentiments bien trop humain, et qu'il n'avait quasiment jamais ressenti !

"Ne t'inquiète pas, on va bientôt arriver… et puis en même temps, nous sommes tous deux des sangsues…"murmura-t-il doucement.

Finalement, il n'avait pas eu besoin de demander par où il fallait aller… Par commodité, il avait préféré lire dans l'esprit du vampire, ce n'était pas une méthode qu'il aimait utiliser mais dans el cas présent ça évitait à Asklépios de se fatiguer à parler, et c'était l'essentiel… Pour une fois, il ne pensait pas que l'albinos lui en voudrait… D'ailleurs comme il l'avait prédit, ils arrivèrent bientôt en vue de la "colombe de minuit", joli nom… Il fallait espérer que le réceptionniste ne se formalise pas de voir un client ensanglanté avec un type aussi louche que lui pour l'accompagner…


[Je te laisse poster à la colombe de minuit ! Et 'scuse moi d'avoir fait un message aussi court –enfin c'est relatif- X___x .]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Dans les rues d'une si jolie ville... [terminé]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Dans les rues d'une si jolie ville... [terminé]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Parade de Noël dans les rues de Bruxelles
» Une jolie petite ville : Mahdia en Tunisie…
» Monastir est une ville sale ??
» Dans les rues de Provins
» Un bus électrique chinois dans les rues de Bruxelles

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
†oO° Anoyo No Isen °Oo† :: Daitoshi :: Daito-Street-
Sauter vers: